Sans-papiers : la Flandre berceau d'une fronde mayorale ? - EBE (ancienne adresse)
EBE (ancienne adresse): Sans-papiers : la Flandre berceau d'une fronde mayorale ?

mardi 17 juillet 2007

Sans-papiers : la Flandre berceau d'une fronde mayorale ?

Mortsel, province d'Anvers, n'est pas seulement cette commune qui s'était distinguée en votant la proposition d'un député Vlaams Belang visant à retirer de l'hôtel de ville les portraits du couple royal. Elle est aussi la première commune flamande à s'opposer à la (non-) politique en vigueur à propos des sans-papiers.
Suite à une déclaration de Guy Verhofstadt qualifiant la politique d'immigration d'"égoïste et inhumaine", Ingrid Pira (Groen !) a décidé de prendre celui-ci au mot. Dans une lettre ouverte adressée au premier ministre en affaires courantes (Wat moet ik doen, beste Premier ?), celle-ci déclare être parfaitement d'accord avec cette constatation, ce qui la confronte à un problème moral. Elle ne signera donc plus les arrêtés d'expulsion d'étrangers en situation illégale.


Verhofstadt a cependant précisé que les propos qu'il avait tenus dans le cadre Forum Mondial sur les Migrations et le Développement visaient seulement l'immigration économique, pas la politique en matière d'asile. On se doutait bien que l'ex-Premier n'avait pas soudainement été frappé d'illumination, son seul projet en la matière étant celui de l'immigration choisie. L'Office des étrangers, quant à lui, a fait savoir que les procédures d'expulsion ne seraient pas perturbées, celui-ci ayant la faculté de signifier lui-même ou de faire signifier par la police fédérale les ordres d'expulsion. Ce qui n'enlève rien à la portée symbolique de ce refus de signer.

Hier, le ministre flamand Bert Anciaux réagissait en ces termes à la prise de position de la bourgmestre de Mortsel :

"Bien joué, Ingrid, je suis fier de vous! J'appelle tous les bourgmestres à la désobéissance civile. Les riches immigrants dictent la loi, les pauvres bougres doivent dégager. Nous devons mettre un terme à cette situation inhumaine"

Il y a de quoi s'étonner de voir un tel mouvement (encore embryonnaire) émerger de cette Flandre dont la tendance ultra-droitière nous donne souvent la chair de poule. On ne peut que saluer cette initiative courageuse. Espérons qu'elle sera suivie par d'autres bourgmestres, et pas seulement en Flandre. Afin, on peut toujours rêver, de pousser le prochain gouvernement à trouver une vraie solution au dossier des sans-papier ? On a dit il y a quelque temps que Joëlle Milquet voulait mettre la question de la régularisation sur la table des négociations...

[Mise à jour : J'avoue que je n'y croyais à moitié, mais pourtant d'autres bourgmestres flamands suivent le mouvement. Merci à Vincent pour le lien]

2 commentaires:

vincent a dit…

entretemps d'autres bourgemestres semblent suivre le mouvement
http://www.vrtnieuws.net/cm/vrtnieuws.net/nieuws/politiek/070717_Burgemeesters

interessant aussi, ils appartiennent a 3 partis differents

roeselare : CD&V
kortrijk : CD&V
Gent : SP.A
Zwijndrecht : Groen
Mortsel : Groen

Charlie a dit…

Et ils recevront leurs papiers en flamand ? :D

Abonnez-vous à notre flux RSS.