journée du livre politique : venez voir ce que c'est qu'un flop populaire ! - EBE (ancienne adresse)
EBE (ancienne adresse): journée du livre politique : venez voir ce que c'est qu'un flop populaire !

mercredi 17 octobre 2007

journée du livre politique : venez voir ce que c'est qu'un flop populaire !

Le vendredi 5 octobre dernier , avait lieu au Parlement de la Communauté Française à Bruxelles la première édition du prix du livre politique, un prix doté de quelques 5.000 € (d'argent public) récompensant le meilleur ouvrage de type politique (avec un certain lien de rattachement avec la Belgique) édité de mai 2006 à avril 2007.



Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'y avait pas grand monde dans les travées du magnifique parlement ainsi que dans ses salles de commission (où avaient lieu les rencontres littéraires)...si ce n'est par exemple le célèbre sénateur-flingueur Destexhe 007 qui s'était montré, une fois n'est pas coutume, particulièrement discret. On pourrait dire de lui "je suis venu, on m'a vu, j'ai vaincu"...et ce serait presque pas de mauvaise fois puisque on l'a vu encourager son pote et co-auteur de "démocratie et particratie" Alain Eraly (c'est vrai que c'est pas facile d'être un sociologue de droite; idem pour les fiscalistes de gauche d'ailleurs), répondre à une petite interview (quand même !) et puis s'en aller. C'est ce qu'on appelle rentabiliser son temps, bien joué l'artiste.

Cela dit, il faut tout de même signaler que le James Bond du MR était l'un des seuls hommes ou femmes politiques plus ou moins d'envergure qui était présent, hormis peut-être le très bonhomme président du Parlement de la Communauté Française Jean-François Istasse (PS) que l'on conseillerait franchement de se proposer à la succession de l'actuel Roi, tellement il a cet air sympathique et consensuel qui nous fait irrésistablement pensé à Bebert 2, voire même à l'éventuel futur Roi des Belges (appellation provisoire) qui devra être plus encore qu'aujourd'hui le roi du protocolaire et du "drink" de luxe.

Voilà donc pour la faible popularité de la manifestation (la faute à une publicité largement boiteuse)... qui n'était pas sans contraster avec l'intérêt et la qualité de cette première édition du prix du livre politique en Communauté Française.

En effet, c'est une journée bien remplie que nous proposait l'asbl Texto, grande organisatrice de l'événement.

A 10 heures, était prévu un débat entre hommes et femmes politiques autour de la démocratie participative en tant que "remède à la crise politique". Faute de temps, vos envoyés spéciaux n'ont pu s'y rendre mais des bruits de bouloir signalaient de belles petites prises de becs et autres railleries entre intervenants.

A 11h30, heure de notre joyeuse entrée dans les installations du Parlement de la CF, nous avons pu assister à l'une des trois rencontres littéraires proposées, en l'occurence celle d'Henri Deleersnijder autour de son ouvrage "populisme, vielles pratiques, nouveaux visages" (éd.Luc Pire).

Bien nous en a pris, puisque le sympathique prof d'histoire liégeois nous a, d'une manière très personnelle, parlé des figures de proue du populisme d'antan (Boulanger, Poujade, Degrelle,...) pour évoquer ensuite ces fameux nouveaux visages du populisme que sont les incontournables Jean-Marie Dedecker, Filip Dewinter, Jean-Marie Le Pen et consorts mais aussi Silvio Berlusconi et Nicolas Sarkozy qui correspondent en effet assez bien à plusieurs caractéristiques du populiste (magnification du peuple, discours démagogique, leader charismatique).

C'était vraiment de l'Histoire au service de la compréhension du présent, et servie à la petite louche par un vrai passionné...

A noter aussi l'intevention très remarquée d'une des rares spectatrices qui tenait à signaler, dans le cadre de l'aspect charismatique de Leon Degrelle, que celui-ci "était plutôt beau garçon". A la faveur de l'édition de samedi du journal Vers l'Avenir qui consacrait une page entière à l'ouvrage de Deleersnijder et qui reproduisait là une image de Degrelle, nous avons pu vérifier l'information, bien que nous ayons trouvé son look très germanique, cela devait surement être la mode de l'époque.
Epinglons aussi dans les collones de Vers l'Avenir la comparaison faite entre Delesnijder et "BHV" (sic) (ndlr : ils voulaient bien sûr parler de ce bon vieux Bernard-Henri Levy) dont a l'air assez étonnement de se féliciter Henri Delesnijder ("nous sommes de la même génération..."). Pas vraiment à son honneur...si cela se vérifie.

Mais cette rencontre littéraire autour du populisme avait aussi quelque chose d'interpellant pour les hommes et les femmes qui s'intéressent de près à la pratique de la politique, dont Julie de Groote (CDH), Député bruxelloise, qui se demandait avec beaucoup de pertinence s'il était encore possible de présenter honnetement au citoyen-électeur la complexité du réel (c'est-à-dire sans tomber dans la démagogie) tout en pouvant compter sur le soutien de ces électeurs au moment du vote. Il s'agissait là d'une excellente question à laquelle Henri Deleersnijder n'a pu répondre et à laquelle nous répondons que ce questionnement aurait déjà moins d'importance dans un monde politique qui arrêterait de considérer un mandat politique comme un métier à part entière qu'il s'agit de renouveller (quitte à se montrer démagogique voire malhonnête) tout les quatre ans.

Après cette bonne heure passée en salle de commission où avait lieu la rencontre littéraire, c'était enfin le grand moment pour Henri Deleersnijder qui se voyait remettre par le Président Istasse le fameux prix du livre politique, au nez et à la barbe de ses deux dauphins : Guy "(simili-)Dieu" Spitaels ("Chine-USA, la guerre aura-t-elle lieu ?", éd. Luc Pire) et Jules Gheude ("l'incurable mal belge sous le scalpel de François Perrin", éd. Mols). Félicitons l'organisation et les trois finalistes pour ce vrai faux suspens qu'ils ont réussi à préserver lors de l'annonce du lauréat. Ce fut en effet très authentique (discours introductif, embrassades, serrages de main du vainqueur à destination de ses dauphins mortellement déçus,...) alors que la presse avait déjà annoncé dans ses éditions du jour que Deleersnijder avait remporté le prix.

Pour suivre, un sympathique buffet nous était gentillement offert par le contribuable que nous nous remercions d'ailleurs chaleureusement pour ce geste pas du tout gratuit.

L'après-midi, elle, nous réservait un intéressant débat autour du thème "l'homme politique, image du politique !", animé par Francis Van de Woestijne (La Libre Belgique) et avec la participation des responsables de la communication des quatre grands partis francophones, ainsi que du journaliste liégeois Louis Maraite (La Meuse), auteur du livre pseudo-politique "Daerdenmania".

Indiquons d'emblée que cette conférence aurait presque pu s'intituler "Michel Daerden, image d'une certaine politique !", tellement la conférence aura tourné autour de la propention du roi d'Ans à s'attirer une certaine popularité aux moyens de ses frasques et autres prestations éthyliques relayées par les medias. Il est vrai que Michel Daerden est un excellent exemple du politicien pour qui l'image véhiculée dans les medias a pris le pas sur l'éventuel projet politique au nom duquel il se présente aux élections (cf. le post de François Schreuer), mais il aurait fallu selon moi plus généralement se demander si l'existence de tous ces conseillers en communications autour de nos partis politiques n'était pas symptomatique d'une crise de nos démocraties dans lesquelles une bonne partie des citoyens font leur choix en fonction de critères irrationnels (image, réputation...) ou clientelistes.
En somme, communiquer les idées ou les projets, c'est bien (c'est rendre compte des activités de leurs mandataires aux citoyens); mais quand çà devient l'occasion de véhiculer des idées trop simplistes ou de mettre la priorité sur les gadgets (voyez les capottes et les T-shirt Che Reynders du MR, les graines de tournesol d'Ecolo,...), c'est mettre à mal la représentation démocratique en tant que réceptacle des aspirations et intérêts des citoyens.
C'est pourtant, quoiqu'il en disent, une bonne partie du boulot de ces chargés de com'. Il suffisait par exemple d'ailleurs de voir comment le chargé en com' du MR, Laurent Burton, était "déçu" de voir Didier Reynders s'afficher dans La Libre Match au volant d'une Porsche blinquante alors que selon lui, cela ne fait que véhiculer l'image du riche libéral qu'il souhaiterait visiblement mettre à mal. Il reconnaissait d'ailleurs avoir donné un avis défavorable à cette apparition dans La Libre Match mais Reynders aurait insisté. Peut-être n'ont-ils pas la même vision de l'image à véhiculer, mais en toute hypothèse, s'afficher ainsi dans les magazines people (ou presque...) comme l'ont fait aussi (le même jour) Jean-Michel Javaux (Ecolo) ou Elio Di Rupo (PS) a quelque chose d'inquiétant pour nos démocraties.
Bref, il aurait été plus intéressant que le débat porte là dessus (en tant que symptome d'une crise de la démocratie représentative) plutôt que sur l'avis de ces gens sur les pitreries du camarade Daerden.

Pour en revenir à la daerdenmania qui aura donc, vous l'aurez compris, occupé une bonne partie du débat, nous avons pu écouter les explications de Louis Maraite sur son intérêt pour Michel Daerden.
Dans une honneteté assez saisissante, Maraite a expliqué que les éditions Luc Pire l'avait contacté pour qu'il écrive un bouquin en vue de je ne sais quelle foire du livre et que notre grand journaliste liégeois avait directement proposé de se pencher sur LE phénomène du moment, sentant à pleins nez le succès de librairie dirons-nous.

Merci pour l'honneteté du propos mais il ne s'agit sûrement pas de féliciter le gaillard pour le sens de sa démarche, tellement celle-ci nous a paru opportuniste et dénuée de la dose d'objectivité nécessaire par rapport au destin politique de Daerden. On aurait dit que s'il y avait un objectif autre que mercantile à la réalisation d'un tel ouvrage (on peut en douter), celui-ci était de comprendre comment l'on peut devenir aussi populaire (genre "la popularité pour les nuls"), plus que de décoder avec un esprit critique ce qui a permis à l'intéresser d'accéder à une telle popularité. De plus, Louis Maraite a tenté de s'expliquer sur les T-shirts Ché Daerden vendus par son journal La Meuse et qui, bien entendu, ont été achetés à plus ou moins 500 exemplaires pour Michel Daerden lui-même pour les besoins de sa campagne électorale.
Histoire de ne pas trop passé pour le chargé de communication officieux de Michel Daerden, le journaliste liégeois a voulu nous faire croire qu'il n'avait rien à voir là dedans puisqu'il s'agissait d'une opération mise sur pied par le service commercial de son journal dont il n'avait eu connaissance que très tard. Mouai...sauf que La Meuse n'est ni Le Soir ni le Wall Street Journal et qu'on a du mal à croire que le service marketing fasse des choses dans le dos de la rédaction, surtout quand on sait que ce même Louis Maraite s'apprêtait à sortir un ouvrage sur la personne de Michel Daerden. En somme, il eut été plus simple qu'il nous dise que La Meuse avait joué à fond la carte de la Daerdenmania pour se replacer en ordre utile dans un secteur de la presse de proximité où la concurrence semble rude.

En tout cas, il faut ici s'inquiéter une nouvelle fois de l'image de la Wallonie en Flandre (et à Bruxelles) puisqu'une équipe de la VRT avait justement décidé de suivre ledit Louis Maraite en tant que journaliste wallon (pour l'émission "Panorama"). On ne saura jamais sur quelle base ils ont jeté leur dévolu sur ce grand reporter extraordinaire mais il faut d'ores et déjà, en tant que wallon, regretter ce choix d'un journaliste dont la proximité assez affichée avec un des hommes politiques les plus détestés au nord du pays risque de déservir l'effort de beaucoup de wallons et de wallones pour véhiculer une autre image de leur belle Région que le clientelisme (pour ne pas dire le populisme) de "Papa".

Enfin, signalons cette intervention pour le moins épique de la très talentueuse chargée de com' du Président 'Crupo (désormais du PS dans son ensemble) Florence Coppenolle à la suite de l'ultime question du modérateur Van de Woestijne qui demandait aux intervenants ce qu'ils feraient avec Yves Leterme en tant que chargés de communication.
Les caméras de la VRT braquées sur elle, la porte-parole du PS a, dans son style très énergique, dit (accrochez vous bien !) qu'elle l'asseyerait devant elle, lui filerait une triple paire de baffes et lui diraient que tout ce qu'il a fait depuis le soir du 10 juin est pourri (puisqu'il a réussi à se faire encore un peu plus détesté) et qu'il peut revoir sa copie.
C'est ce qu'on appelle la méthode forte mais elle semblait avoir receuilli, en plus de l' hillarité de la salle, les faveurs de beaucoup d'entre nous.

En guise de conclusion, souhaitons longue vie à cette excellente initiative qu'est la journée du livre politique et souhaitons aussi à cette manifestation qu'elle bénéficie à l'avenir d'une assistance à la hauteur de son intérêt.

7 commentaires:

himself a dit…

et pourquoi n'est-ce pas facile d'être un sociologue de droite ?

Franky ki a dit…

...parce que vous en conviendrez probablement avec moi que l'écrasante majorité des sociologues sont plutôt de gauche...et qu'il ne doit donc pas être facile d'avoir des "points de vue" de droite dans cette corporation.

himself a dit…

Je ne conviens de rien du tout …
C’est quoi ces affirmations ; quelle explication, quel argumentaire !?

Xime a dit…

Je crois que c'était juste une affirmation un peu gratuite à vocation humoristique. Si on peut même plus être péremptoire... :)

Franky ki a dit…

Merci de voler à mon secours cher Xime :-)
..Mais au delà du fait qu'effectivement cette affirmation avait quelque chose d'humoristique, il m'a toujours semblé que les sociologues étaient plutôt de gauche...C'était juste un constat que je me suis fait en écoutant divers sociologues et aussi en me disant que le fait social est plus souvent pris en compte par la gauche que par la droite, du moins dans 'la doctrine' (pas nécessairement dans la pratique)

Et là je ne vous dirai pas "vous en conviendrez" parce que je suis persuadé que vous n'en convenez absolument pas, cher Himself...

himself a dit…

Rien n’interdit d’être péremptoire et ridicule, si c’est pour faire rire; un trait d’humour potache burlesque, qui s’il est gratuit dans l’affirmation ne coûte effectivement rien.

Convenons donc, que tout ceci relève un peu du Grand Guignol centriste.

Xime a dit…

Oh, la barbe...

Abonnez-vous à notre flux RSS.