Gunzig et Schreuer : la démagogie au service de la raison - EBE (ancienne adresse)
EBE (ancienne adresse): Gunzig et Schreuer : la démagogie au service de la raison

mercredi 21 novembre 2007

Gunzig et Schreuer : la démagogie au service de la raison

[Avec une opinion dissidente de Xime à la fin de ce billet :P ]

Ils les ont tous deux traités de "bande de cons" et ils n'avaient pas tort. Chacun de leur côté (le second s'inspirant des propos du premier), Thomas Gunzig et François Schreuer ont, le temps d'une chronique, pratiqué le poujadisme (on n'est pas loin du "tous pourris !") pour ramener les négociateurs et autres perturbateurs de l'orange bleue à la raison : cessez immédiatement vos petites querelles politiciennes pour enfin vous élever au rang d'hommes et de femmes responsables !

En effet, que l'on soit belgicain ou pas, on pouvait vraiment ressentir un fameux ras-le-bol depuis le vote sur BHV en voyant tout ce petit personnel politique se tirer dans les pattes pour des raisons électoralistes qui n'ont normalement rien à voir avec des négociations gouvernementales. Fort heureusement, il est probable que les protagonistes de l'orange bleue ont senti ce ras-le-bol monter (il aurait été dommage de perdre des électeurs dans l'aventure) et qu'ils ont donc décidé de siffler (provisoirement ?) la fin de la récréation pour faire rentrer les gamins et les gamines en classe orange bleue.

C'est précisément ce ras-le-bol que ces deux intervenants ont souhaité exprimer; L'un (Gunzig) dans une version plus belgicaine que l'autre, mais, sous des dehors folkloriques, la description qu'il fait des vertus de notre grande nation passe nettement mieux, il faut bien le dire.

- le billet de François Schreuer.

- l'intégrale de la chronique de Thomas Gunzig à la Semaine Infernale (La Première) du 8/11 :
(version audio disponible sur le blog de Damien Van Achter - merci pour son touchdown ^^)

Bande de cons !
Pas vous, cher public !
Les autres, les formateurs, informateurs, explorateurs, chef de groupe, président de partis flamands, présidents de partis francophones, seconds couteaux, troisièmes couteaux, de gauche, de droite, les cathos, les écolos, les libéraux...
Bande de cons de Flandre
Bande de cons de Bruxelles
Bande de cons de Wallonie.

-> Lire la suite sur le blog de Thomas Gunzig...


Opinion dissidente de Xime :

Pas tellement dissidente par rapport à ce que dit généralement Francky, mais plutôt en réaction à ce qui ressort du texte de Gunzig (que j'aime beaucoup lire par ailleurs, mais que je ne cautionne pas du tout sur ce coup là), et qui aurait dû
, il me semble, conduire mon cher collègue à fustiger ce pamphlet plutôt qu'à l'encenser :)

Parce qu'il a bon dos, l'humour, mais qu'à force de s'en servir comme alibi 'faudra pas s'étonner s'il finit avec une lombalgie ;

Parce que j'ai beau être souvent navré par notre classe politique, je ne suis pas sûr que la population n'ait pas les représentants qu'elle mérite ;

Parce que quand je jette un oeil sur les résultats des dernières élections, j'ai du mal à croire à cette fable selon laquelle la population flamande n'en a rien à secouer des revendications nationalistes, que c'est encore un coup des politichiens qui pervertissent le bon peuple, etc. ;

Parce que laisser entendre que les deux camps sont tout autant dans le tord, c'est faire une application un peu caricaturale du jugement de Salomon (alors qu'à la fin, le bébé reste en un seul morceau !) pour ne pas avoir à se prononcer sur le fond du conflit ;

Parce que tous les négociateurs de l'orange bleue ne sont pas inconséquents et irresponsables ;

Parce que la crise actuelle est en partie le résultat prévisible d'une grossière erreur lors de la fédéralisation de l'Etat, la scission des partis nationaux ;

Parce que, surtout, le problème linguistique belge est tout sauf un problème simple, même si, charriant avec lui son lot de crises absurdes, de bassesses affligeantes et d'incompréhension généralisée, il est naturel qu'il suscite l'exaspération ;

Parce que, si on peut comprendre que le ras-le-bol pousse à ce genre de discours démagos, on ne doit pas pour autant l'excuser.


Cette opinion paraîtra sans doute fort politiquement correcte, mais quand on commence à perdre le sens de la nuance c'est le début de la fin (Je n'explicite pas ma conclusion de peur de franchir le point Godwin...).
D'ailleurs je ne sais pas si c'est fait exprès, mais le titre de ce billet est délicieusement oxymorique !


(Merci à Cab d'avoir fait mûrir mon avis à ce sujet)

9 commentaires:

Xime a dit…

Mouais... :p
Comme je te le disais, je ne sais pas si ça valait la peine d'y consacrer un billet. Ca me semblait mieux convenir pour la rubrique "A voir" dans la colonne de droite ... ^^

Xime a dit…

Voilà, j'ai posé un geste fort en ajoutant mon opinion dissidente ^^

(?) a dit…

billet illustrant bien la schizophrénie ambiante où plus personne ne sait quelle position adopter sans franchir les propos démagos qui vont avec.

Comment ne pas céder au sensationnalisme dont on accuse la presse ? Comment croire à cette crise sans oser la nommer "cirque" ? pourtant ce ceux bien eux qui ont été élus, mais c'est à peine croyable..

C'est bien ça en fait : on croit rêver.

Cab a dit…

Eux, ils en ont ras-le-bol des politiques, moi j'en ai ras-le-bol d'entendre l'avis d'un peuple ignare.
Quand on regarde RTL-TVI essayer de relayer les "préoccupations" populaires, il y a de quoi pleurer.
Cette vision simplificatrice à outrance, démagogique et populiste des méchants-politiciens-qui-font-exprès-de-ne-pas-trouver-de-compromis-après-plus-de-150-jours-de-discussion, c'est vraiment affligeant. Qu'est-ce qu'ils s'imaginent ? Qu'on va régler le conflit en deux coups de cuillère à pot et que tout le reste n'est qu'un blabla inutile ?
La Belgique vit une crise, une vraie ! C'est pas pour rire et ce n'est pas uniquement la faute aux méchants politiciens. C'est la faute aussi au peuple, à son intransigeance (cf la radicalisation flamande et francophone) et à son absence de réalisme.
Moi, je me dis qu'à le place de nos hommes politiques, je ne crois pas que je pourrais faire mieux (n'en déplaise à Elio Di Rupo et sa critique (toujours) très opportuniste et électoraliste de l'orange bleue). Alors, messieurs Gunzig et Schreuer, je vous en prie : vous qui êtes si prompts à critiquer, trouvez-le nous, le compromis qui satisfera tout le monde puisque c'est si simple !
Autant je peux comprendre que le peuple ait un avis non réfléchi, autant, venant de chroniqueurs au faîte des réalités politiques du plat pays, je trouve ces deux textes impardonnables quant à leur bêtise !

Franky ki a dit…

Je tiens à remettre dans son contexte l'existence de cette opinion dissidente de mon collègue qui dans le fond, n'est pas si dissidente que cela de mon opinion personnelle.

Ce cher Xime s'était opposé à la base à la publication d'un article sur le sujet. Comme il a vu que j'avais l'air d'y tenir, il m'a autorisé à le faire en me demandant de ne pas consacrer véritablement un enième post sur cette chronique de GUNZIG. J'ai donc fait quelque chose de court et donc de forcément lacunaire.

J'aurais dû plus insister sur le fait que je regrettais que Gunzig véhicule cette thèse très belgicaine selon laquelle ces méchants politiciens qui parlent de relations communautaires seraient à mille lieux des préoccupations du citoyen lambda.
Ce pourquoi j'avais apprécié sa chronique très très démagogique (Xime a raison : n'aurait on pas fustiger paraille attitude si elle provenait de la bouche d'un membre ou sympathisant de l'extrème-droite ?), c'est parce que les deux semaines qui ont suivies le vote sur BHV nous ont montré des hommmes et des femmes politiques (négociateurs ou autres) globalement incapables d'agir réellement, càd sans sortir le bon mot sur l'autre communauté ou sur l'ennemi électoral.

Bref, j'avais pas vraiment pu m'exprimer largement sur le sujet et je m'étais en effet trop laissé embarqué par l'humour assez corrosif du chroniqueur Gunzig.

Je dois donc dire que je suis d'accord avec Cab et Xime, à la différence que je reconnais l'intérêt de la chronique de Gunzig en ce qu'elle visait aussi les comportements post-vote sur BHV et pas seulement les actes prétendus non soutenus par la bonne population (idée belgicaine soutenue visiblement par Gunzig dans sa chronique).

Franky ki a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Franky ki a dit…

les "excuses" de Gunzig après la tempête déclenchée par sa chronique, cliquez ici

Cab a dit…

Semi-excuses disons puisqu'il relativise sans cesse... :)

Zek a dit…

Ce texte de François G. aura fait parler de lui, effectivement.
Mais il est fort malheureux qu'il ait été pris (ou aurait pu être pris) comme une invitation à la lamentable manifestation d'il y a quelques semaines (ou plutôt à la marche tricolore, remake d'une autre marche de couleur, mais en beaucoup bien ; d'ailleurs c'était prévisible vu leur mascote tendant vers le grotesque, on ne pouvait pas en attendre beaucoup plus).

Prenant appuis sur B. RIHOUX, "Une million de citoyens blancs : Qui sont-ils ? Que veullent-ils?" Voilà qu'une belle question émerge !

Qui étaient-ils ?
Thomas Gunzig était-il là ?
Représentent-ils le belgicain générique ? (n'y avait-il que des Francophones de l'Est du Canal de Willebroek et du BW ? ; les "portraits" du Soir montrait plutôt des gens peu qualifiés : des étudiants (...) et des plus-de-quarante ans dans des jobs sub-alternes))...

Mais surtout que veulent-ils ?
Ils veulent "une grande réforme de l'Etat" bien sûr ! C'est Reynders qui nous l'assure, et il n'y a pas de plus fin analyste politique que lui, c'est bien connu. Donc le Belgicain manifeste pour une Belgique coquille vide, tant que lui serve encore le drapeau qu'il a chèrement acheté et placé (en berne le plus souvent) pour faire comme son voisin...

Conclusion : comparaison entre un militant N-VA, SPIRIT ou autre membre du plus gros parti de Flandres (La Très Glorieuse VU) et un "Belgicain" (c'est-à-dire, nous l'assumons, un nostalgique des grandes causes "blanches")... Le Flamand aura ça de supérieur que bien que racontant des trucs tout aussi imbéciles que le Belgicain, lui au moins le fait dans son intérêt...

Abonnez-vous à notre flux RSS.