Les riches font le trottoir - EBE (ancienne adresse)
EBE (ancienne adresse): Les riches font le trottoir

dimanche 6 janvier 2008

Les riches font le trottoir

En attendant la V2 de ce grand blog exceptionnel, je ne résiste pas à la tentation de vous retranscrire une intervention pour le moins épique (quel sens de la formule !) de Jean-Marie Dermagne, le fameux Batonnier de Dinant, qui revenait dans La Libre Belgique du vendredi 21/12/07 sur l'épisode du décret "inscriptions".

" Avec son décret "inscriptions", Marie Arena a réussi à faire jouer les bobos et cathos bon teint de Bruxelles et du Brabant Wallon dans "36 heures dans la peau d'un SDF". Pas tout à fait sans doute car, si la nuit dans la rue était bien dans le scénario, les accoutrements étaient plus proches du skieur de Crans Montana que de celui du clochard de la gare du midi. Et "la soupe populaire" était plutôt genre menu " Trois étoiles" (il y a même eu du champagne !). Mais tout de même, çà fait plaisir à voir : les rupins des beaux quartiers descendre de leurs 4X4 pour faire la queue comme de vulgaires pauvres. Rien que pour cela : merci Marie Arena ! Quant à donner sa chance à tout le monde, c'est plutôt raté : pas de blacks, ni de basanés, ni de foulards dans les files. Les écoles élitistes le resteront et auront bénéficié en outre d'un ramdam publicitaire qui les fait encore monter d'un cran. L'année prochaine, d'autres écoles paieront des pauvres et des étudiants -ou déguiseront leurs profs en parents transis- pour avoir leurs queues aussi. Pourquoi pas trois mois pour les inscriptions, puis en cas de surnombre, un bon petit tirage au sort, même si çà nous privera d'un Koh Lanta à la belge ? "

7 commentaires:

Franky ki a dit…

...A noter que ce message est labelisé entre autres "mendicité".
Voyez ici peut-être un trait d'humour, ou en tout cas une envie de ne pas utiliser 36.000 mots-clés différents. C'était en tout cas le mot le plus proche de la situation en question...

Zek a dit…

Et bien ce brave homme nous donne une excellente image de Dinant. Fournaux n'est donc pas représentatif de ce que cette perle de la vallée mosane recèle comme merveilles (ceux qui trouveront la référence se verront décerner la palme du Bruxellois ethnorelatif et wallonophile).

Maria, dans son beau décret, a exactement fait le jeu de l'enseignement dit catholique en mal de publicité. En effet, les établissement libres et ghetoisés que sont St-Michel, St-Pierre, Martin V et autres Don Bosco ont eu la plus belle occasion de réifier leur réputation (mais cela a été maintes fois répété).

Le point, c'est que les directeurs de ces braves établissements scolaires nous ont exposé leur incroyable capacité de mise en scène. A la place d'ouvrir une salle d'étude, voir le hall de sport de l'école, chauffé et à l'abris des intempéries (ce qui, en soit, était absolument possible à peu de frais et sans dénaturer le décret) ils ont mis en scène la pénurie.
Ce qui est passionnant c'est que les parents ont joué le jeu. Les bourgeois ont donc effectivement "joué au SDF", mais loin de se servir de cette expérience en se montrant intéressé par la question du droit au logement, ils râlent (et par là se mettent en avant, "j'y étais", "j'ai souffert"...). Mais pas de "j'ai été un bon citoyen", de cela nul part. Au final, ils auraient du la remercier Maria, c'est pas tout les jours qu'on peut camper devant la VF. (je renvoie ici à une excellente chronique de JJJ au Jeu des Dictionnaires concernant "l'inscription de Marie-Clothilde à la Vierge Effarouchée de l'Assomption Fidèle, je vais penser à le mettre en ligne pour ceux qui ont raté ce moment d'anthologie).

Reste à définir la complicité de la Rue Guimard – FESEC – dans cette mise en scène plus réussie que celle d'Oliver Stone et de la libération des otages des FARCs (bien que le coup "du gamin qui se trouvait en fait à Bogota depuis trois ans" soit quand même pas mal joué)

Cab a dit…

À mon avis, ce décret arena est tout à fait inutile. La mixité sociale qu'il cherche à induire n'est pas, je crois, atteignable. Il eut mieux valu que la Ministre cherche à relever le niveau de certaines écoles très mauvaises plutôt qu'à s'immiscer dans l'administration des inscription des bonnes écoles (comme par hasard, du réseau catholique).
Quant au fait que ce serait génial de voir des riches jouer au SDF, je trouve ce sentiment petit et réducteur. Tous les riches ne sont pas des connards et tous les pauvres ne sont pas à plaindre. Faut arrêter avec la lutte des classes. C'est pas l'enrichissement de certains le problème, c'est la façon dont est conduite la mondialisation. On ne m'ôtera pas de l'idée que les critiques sur les riches sont souvent émises par des gens qui en sont jaloux et qui auraient les mêmes comportements s'ils possédaient le même compte en banque. Cessez avec cette hypocrisie !
Par ailleurs, il faut signaler qu'il n'y a pas que des riches qui ont fait la file, loin de là.

Zek a dit…

Disons que le vrai but du décret n'est pas celui qui lui a été assigné publiquement.
Je rejoins cab, c'est pas avec ce décret que l'on va assuré la mixité sociale (c'est d'ailleurs la conclusion du bâtonnier de Dinant, on a pas vu le public visé).

Par contre, il a parfaitement exposé la segmentation scolaire. Et c'est absolument important.
La Belgique, pays moyen par excellence, est en fait caractérisé par un taux de reproduction sociale universitaire absolument effarant comparé aux autres aux autres pays d'Europe (France, Allemagne ET Angleterre). Je revois à un tableau de synthèse que j'ai réalisé :
- http://img515.imageshack.us/my.php?image=inequalities1pq8.jpg
- http://img246.imageshack.us/my.php?image=inequalities2ma5.jpg
Malheureusement, ce n'est pas assez dit. Où l' on ne trouve pas opportun d'importuner le petit bourgeois bien dans ses habitudes et qui croit, bien à tort, que "la société actuelle est une société de classe moyenne".

La plupart des problèmes d'accès à l'université sont explicables par le système éducatif primaire et secondaire (cf. le tableau et les états-unis : même taux d'étudiants avec parents universitaires).
L'interrogation de notre système éducatif est donc vital si l'on veut tendre vers une démocratisation de l'enseignement (c'est-à-dire permettre l'acquisition de capital culturel et d'un dispositif d'habitus compatible avec le système universitaire pour ceux qui ne le reçoivent pas "en héritage" de leurs parents).

Pour terminer, l'allusion aux riches et la lutte des classes. La société est caractérisé par une lutte de classement (faut pas être Bourdieu pour s'en rendre compte). L'opposition entre groupes sociaux antagonistes est un élément de structuration de la société, peut-être malheureux et à combattre, mais présent tout de même (faut pas tomber dans l'optimisme béa).
Malgré tout, je crois que la critique "des riches", du moins, et pour l'instant, de la part des détenteurs de capital culturel, n'est pas un fait basé sur la jalousie. En effet, la concurrence entre humains est un axiome capitaliste, et non un élément naturellement inscrit en l'Homme. Bien qu'effectivement cela réponde à tout une série de craintes existentielles, il est pour autant central de se rappeler que "cela peut être modifié" vu que non-naturel (e.g. dans l'exemple cité, en passant à un axiome de "l'émulation". Dès lors, il n'est pas sûr qu'une personne "convertie" à une éthique existentielle de l'Economie (cf. C. Arnsperger) achèterait réellement une 4x4 si elle en avait les moyens.
Tout le travail se centrant sur la différentiation de désir par rapport au besoin, en objectivant un maximum les dynamiques de désir mimétique (cf. R. Girard).

L'Homme, bien qu'aliéné par des structures (d'où la nécessité d'une Science-Sociale critique) est foncièrement libre de se donner une éthique, et ainsi de vivre plus authentiquement (d'où la nécessité d'une Science-Humaine et d'une Ethique existentielle).
Cela, avec tout le respect que je vous dois, vous semblez l'oublier.

Cab a dit…

Il n'y a plus de "classe" au sens marxiste du terme. Je ne dis pas que le néocapitalisme ne conduit pas à une concurrence entre individus, mais il n'empêche que je n'accepte toujours pas cette haine primaire de celui qui a plus d'argent que soi. Bien sûr, lorsqu'on a affaire à un Bernard Arnault, ca peut se comprendre, mais quand il s'agit juste d'une personne issue classe moyenne (classe moyenne qui est très large en Belgique, d'où les disparités parfois importantes), je trouve ça un peu facile. Je ne dis pas que le comportement du bobo en 4x4 ne soit pas criticable (je suis le premier à le critiquer) mais je n'aime pas l'attitude de certains qui, trop souvent par réflexe marxiste/socialiste/..., estiment que le simple fait d'avoir de l'argent suffit à rendre quelqu'un méprisable. Si l'on me passe l'expression, c'est du "classisme" :)
Quant à la sociologie du néocapitalisme, je souscrit à tout ce que vous venez de dire, mais, l'homme étant un animal social, je me garderais bien de dire que tout cela n'est pas "naturel". La compétition a toujours existé au sein d'une même catégorie socio-économique. La mondialisation néocapitaliste engendre une dictature économique mondiale, rendant certains tout-puissants, certes, mais connaissez-vous une époque historique où le peuple a réellement eu le pouvoir sans la médiation d'une élite ? Il y a toujours eu, de tout temps, une caste de puissants...

himself a dit…

"Mais tout de même, çà fait plaisir à voir : les rupins des beaux quartiers descendre de leurs 4X4 pour faire la queue comme de vulgaires pauvres. Rien que pour cela : merci Marie Arena !"

Un décret qui stimule la haine sociale, avec des gens qui jouissent du mépris qu'ils cultivent pour les autres est la plus furieuse victoire de ce décret.

Mes félicitations à ce pauvre type et à ceux qui l'encensent.

Anonyme a dit…

Lire le blog en entier, pretty good

Abonnez-vous à notre flux RSS.