La circonscription électorale fédérale fait parler d'elle... - EBE (ancienne adresse)
EBE (ancienne adresse): La circonscription électorale fédérale fait parler d'elle...

jeudi 15 février 2007

La circonscription électorale fédérale fait parler d'elle...

Ceux qui ont lu la presse de ce matin sont forcément au courant de la proposition d'élire une quinzaine de députés sur base d'une circonscription à l'échelle nationale.
Les autres peuvent toujours aller jeter un coup d'oeil sur le site plutôt bien documenté du groupe Pavia (www.paviagroup.be) qui milite en faveur de cette proposition, avec en vue, bien sûr, les élections et la prochaine réforme de l'Etat consécutive.

La médiatisation que connaît cette proposition pourrait étonner. D'ailleurs je ne crois pas que ses instigateurs, parmi lesquels Phillippe Van Parijs (UCL), s'attendaient à recevoir un tel écho dans le débat politique. Mais si l'on considère que cette réforme pourrait constituer une sortie élégante au problème "BHV", on comprend mieux l'intérêt qu'elle suscite, surtout chez certains hommes politiques flamands.

Nous examinerons en détail cette proposition dans un prochain article...

9 commentaires:

Cab a dit…

Et les Flamands accepteraient ça ? Moi je n'y crois pas : ça permettrait de voir comment se répartissent géographiquement et numériquement Flamands et francophones, et ça remettrait en cause de fait la légitimité de la frontière linguistique et des clés de répartition. Or je n'ai pas vraiment l'impression que la Flandre soit prête à renoncer à cela. Dès lors, je ne pense pas qu'une telle proposition risque réellement de se concrétiser.

Xime a dit…

Je n'en suis pas si sûr...
D'abord, dans le cas où l'instauration d'une telle circonscription irait de pair avec la scission de BHV, le résultat serait plus de stabilité pour les élus du brabant flamand, avec une clé de répartition verrouillée de type 7/13 (au lieu de la situation actuelle où le nombre d'élus francophone de la circonscription de BHV est en augmentation)
Ensuite, parce que l'idée de la circonscription fédérale n'est pas d'aller chercher les voix des francophones de flandre ou des flamands de wallonie, mais bien de séduire les électeurs de l'autre communauté. Avec un double quotient électoral, pour chaque communauté, de sorte qu'un candidat qui tablerait sur le seul vote des électeurs de sa communauté habitant de l'autre coté de la frontière linguistique n'atteindrait pas ce seuil.
Bref, tout ça pour dire que le chiffre du vote "francophone" en Flandre ne pourrait être pris pour exact équivalent d'un recensement linguistique, sauf à imaginer que la campagne des candidats se présentant dans cette circonscription nationale serait si mauvaise qu'elle n'attirerait guère que les francophones de Flandre et inversément.

Cab a dit…

Sur BHV, je ne vois pas l'intérêt de lâcher à nouveau des francophones. On l'a déjà fait avec les communes à facilités, et on voit le résultat à l'heure actuelle : on veut les récupérer mais il faut faire des concessions pour ça... Alors autant ne rien concéder à ce niveau. Quoi qu'ils en disent, c'est un problème flamo-flamand :)

Sinon, je pense que c'est utopique. Les pratiques linguistiques sont trop ancrées que pour qu'une personne parvienne à obtenir une majorité dans les deux communautés... Qui en est capable ? Louis Michel ? Herman de Croo ? (ce sont les rares parfaits bilingues)
À part l'un ou l'autre belge qui ne sait s'il est Flamand ou francophone, le reste de la population aura tendance à voter dans sa communauté. Ça me paraît évident. Je n'imagine pas des électeurs montois voter pour Johan Vande Lanotte ou des anversois voter Di Rupo, pour ne prendre que les socialistes.
De plus, une telle proposition accentuerait la schizophrénie politique déjà présente chez les séparatistes flamands. Il suffit de voir un Leterme ou un Dedecker s'exprimer sur RTL : ils sont doux comme des agneaux et prétendent qu'ils aiment la Belgique et les Wallons alors qu'il disent l'exact contraire en Flandre.
Enfin, et encore, la frontière linguistique est quelque chose de sacré en Flandre. Elle est fixée depuis 1960 et rien ne devrait pouvoir la remettre en cause. Si on voit, au travers de telles élections (et on le verra, j'en suis sûr) qu'il y a un nombre important de francophones autour de Bruxelles par exemple ou qu'il y a des zones flamandes en wallonie, ça va délégitimer l'existence de cette frontière. Moi je suis pour, mais je ne crois pas que ce soit le souhait des politiques flamands...

L. Eliot a dit…

Petit commentaire sans grand intérêt, en dehors du débat sur la circonscription : félicitations pour votre blog (dont j'espère l'arrêt temporaire), et pour votre première page dans la Tribune de Bruxelles de cette semaine...

Tchieu a dit…

Félicitations! http://www.tbx.be/ :)

à quand l'article détaillé sur Pavia? Profitez de votre nouvelle audience générée par ce beau coup de pub de part de la tribune de bxls pour donner, par exemple, une nouvelle vague portant la proposition du groupe Pavia!

à quand votre rachat par Google pour 2 milliards; ah ben non, vs êtes déjà dessus :)

Xime a dit…

Merci pour vos compliments.
Je viens de finaliser un article qui devrait rassurer ceux qui s'inquiétaient de ne plus rien voir venir de nouveau (dur de trouver le temps d'écrire !)
Pour l'article sur Pavia, ce devrait être pour après Pâques, vu que je dois faire des recherches dans ce domaine là donc j'attends d'être mieux documenté pour pondre une opinion un peu élaborée.

Un petit Belge a dit…

Je suis très favorable à la création d'une circonscription nationale car cela permettrait d'accroître le dialogue entre le Nord et le Sud. Cela obligerait les hommes politiques flamands à venir faire campagne en Wallonie et à constater la stupidité de certains clichés (et vice-versa pour le monde politique wallon). Cela obligerait les médias à s'intéresser plus à l'actualité de l'autre région et à inviter plus fréquemment les hommes politiques d'une autre région. Le problème est que quand RTL-TVI ou la RTBF convie un responsable politique flamand, c'est uniquement pour parler des problèmes communautaires. Avec une circonscription nationale, ils pourraient parler d'autres sujets plus importants (l'environnement, la santé, la justice, etc.). A court terme, cela ne changera rien mais je pense qu'une circonscription nationale mènera à un changement de mentalités sur le long terme.

Thieu a dit…

Alors, quand est-ce qu'il vient ce "prochain article"? ;-)

Ze question: Verofstadt aurait-il été réélu avec cette circonscription unique?

Xime a dit…

Zut, j'espérais que tout le monde aurait oublié cette promesse d'article :D

Finalement, y avait pas grand chose d'intéressant à ajouter à ce que les journaux avaient déjà raconté, donc à la place j'ai pondu mes articles sur BHV.
Je me demande si cette proposition va ressortir dans les négociations communautaires...

Quant à Verhofstadt, il aurait sans doute fait un très bon score en voix de préférences, mais il aurait fallu que Leterme se présente également dans cette circonscription pour pouvoir comparer...

Abonnez-vous à notre flux RSS.